mardi 5 juillet 2016

Et pour toujours ce sera l'été de Valentin Spitz


Date de parution: Juin 2016
Éditions: JC Lattes
Nombre de pages : 250 pages

Quatrième de couverture : Au cœur de l'été, Lucas, 17 ans, arrive à Saint-Tropez dans la maison louée par Marc, son père, un acteur célèbre. Le jeune homme n’a  de cesse d'attirer l’attention de ce père absent et froid.
Livré à lui-même, Lucas se perd dans les nuits tropéziennes, jusqu'à l'arrivée de Marie-Baptiste, sa belle-mère qui gère la carrière de Marc et tente d’occuper la place laissée vacante par sa mère, mystérieusement disparue après  sa naissance.
Cet été là, le jeune homme va revisiter son histoire familiale et plonger au cœur de ses failles les plus profondes.

Mon avis: Après avoir terminé ma lecture une impression complexe m'est restée. Un mélange de surprise et d'incompréhension.

Quand j'ai lu le résumé de ce roman je redoutais le côté monde de la nuit et d'être en plein dans les clichés sur Saint Tropez et un ado de 17 ans qui profite de sa jeunesse. Comme l'auteur me l'a souligné, il s'agit d'une porte ouverte ce qui est juste. Rien à voir avec ce à quoi je m'attendais pour cette lecture.

Le début est surprenant et j'ai trouvé les premières pages plutôt étranges. Alors que Lucas sort la nuit, les rapports avec son père, le Père sont très conflictuels. Dit comme cela, cela parait plutôt clair mais en réalité il y a quelque chose de flou et la sensation que quelque chose cloche qui persiste. Je ne savais pas si cela venait de Lucas ou de son père, homme assez antipathique, totalement dans la démesure. 
La mort de sa mère lui revient peu à peu en mémoire et les souvenirs enfouissent un peu plus le jeune homme dans le néant. Entre le père et le fils chacun semble avoir sa propre version de l'événement et chacun campe sur ses positions. Lucas se perd dans ce trou noir et nous perd un peu plus avec lui.

Les personnages sont très spéciaux. Je n'ai pas compris l'animosité qui habite leur relation et tout les non-dits. J'ai été dérangée notamment par l'amour qui unit le père et le fils. Autant leur relation est conflictuelle autant par moments elle devient très dérangeante. Gestes déplacés, cris, pleurs... L'auteur choisit de nous mettre dans une position inconfortable et se joue de notre incompréhension. Il nous amène à nous poser des questions, entre rêve et réalité.

Psychologiquement intéressant ce roman est donc très loin du livre auquel je m'attendais. Il m'a seulement manqué une explication encore plus claire à la fin même si beaucoup de réponses sont présentes. Mais, le doute et le flou persistent. Un roman où l'auteur joue sur nos parts d'ombres et dans lequel il nous manipule. Je pense qu'il ne laissera pas indifférent tant il est surprenant.


   ♥ ♥ ♥

Je tiens à remercier l'auteur Valentin Spitz ainsi que les éditions JC Lattes pour cette lecture et ce partenariat.

Un mot sur l'auteur :  Journaliste, Valentin Spitz a 30 ans. Il est chroniqueur sur I télé chaque matin avec Laurent Bazin et Bruce Toussaint,  et a travaillé notamment à RTL et Europe 1. Il est l’auteur de deux biographies : Najat Vallaud-Belkacem, une gazelle au pays des éléphants (avec Véronique Bernheim, First, 2012) et Arnaud Montebourg, moi Président, (éditions de l'Archipel, 2014). Historien de formation, il a repris des études de psychanalyse et intervient chaque semaine à la Maison de Solenn où il anime avec les adolescents hospitalisés des ateliers radio.

2 commentaires:

  1. Humm vu ce que tu en dis, pas sûre que ça me plairait malgré le côté surprenant. J'ai l'impression que c'est le genre d 'histoire qui met mal à l'aise.

    RépondreSupprimer
  2. Il a l'air pas mal celui-ci, j'aime bien ce que tu y décris, cette impression que quelque chose cloche ! Ca m'intrigue !

    RépondreSupprimer

Merci pour votre passage sur le blog!