mercredi 4 décembre 2013

La traversée de Philippe Labro

Date de parution: 03/02/1998
Édition: Gallimard
ISBN: 978-2070742233
Nombre de pages: 300 pages

Résumé :  «La maladie qui m'a conduit à la réanimation m'a emmené plus loin que la réa, bien au-delà du cap Horn, dans ce qu'il convient d'appeler une expérience de mort approchée.Au cours de cette traversée, j'ai vu et entendu toutes sortes de choses. Des monstres, des anges, des paysages et des visages, du vide et du trop-plein, de la compassion, de l'horreur et de l'amour. Aux prises avec un bouleversement constant du temps et de la durée ; quand les jours et les nuits n'avaient plus aucun sens, aucune construction ; lorsque je perdais tout repère ; lorsque je revoyais des moments de ma vie ancienne et de ma vie à venir. Lorsque deux Moi-même s'affrontaient en un dialogue permanent, quand l'un de ces deux Moi disait : - Tu vas mourir, laisse aller, c'est foutu, tandis que l'autre Moi répliquait : - Non, bats-toi, il faut vivre.»

Mon avis: Un témoignage intéressant car il nous arrive tous à un moment ou à un autre de nous demander ce qu'il y a après la vie, si la mort est douloureuse, ce que nous laisserons derrière nous, ... Des tas de questions que s'est posé Philippe Labro au moment où il a vécu La traversée.

L'auteur exprime très bien son ressenti face à la peur de mourir, son impuissance et le bonheur de s'en sortir indemne.
Cette expérience de mort approchée lui aura permis de se rendre compte de ce qui importe vraiment: l'amour de ses proches, l'altruisme, être en vie. Un retour aux fondamentaux donc. Il se rend compte que sa vie d'homme de média débordant d'énergie et ne sachant plus où donner de la tête ne lui convient plus. C'est une véritable prise de conscience qui s'opère pour l'auteur.

Il dépeint également la quotidien du personnel d'hôpital qui aident les patients à rester en vie: les médecins et professeurs mais pas seulement: les infirmières, les brancardiers, les aides-soignantes... Ces personnes pour qui nous sommes de passage mais qui prennent soin de nous, un peu comme des enfants. Pendant notre séjour à l’hôpital et particulièrement en Réa, Philippe Labro nous rappelle à quel point notre vie dépend entièrement de ces travailleurs.

En bref, la plume de Labro est parfaitement maîtrisée et mise au service de son art mais malgré tout cela, je n'ai pas "accroché" plus que ça. C'est très bien écrit et intéressant mais il m'a manqué quelque chose.Peut-être parce que je n'ai pas encore vécue cette traversée...

Citation: "Je les ai tous aimés, mais ils sont morts, et je les aime encore, puisqu’ils n’ont jamais quitté ma mémoire. Ce sont les morts de ma vie. Je me demande pourquoi je devrais les rejoindre."

Un mot sur l'auteur:  Philippe Labro est un écrivain, journaliste, réalisateur français et également auteur de chansons.

Ma note: 3,5/5

2 commentaires:

  1. J'aime la littérature contemporaine mais je n'aime pas les témoignages, donc je ne le lirai pas :(!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre passage sur le blog!